L’enquête sur la population active canadienne

Stat Can

 

Remarque : En 2018, Statistique Canada a célébré son centenaire. Au fil des années, Statistique Canada a été sacrée meilleur organisme statistique au monde en raison de la qualité de ses informations statistiques et de l’excellence de sa méthodologie. Les auteurs tiennent à remercier Ivan P. Fellegi, statisticien en chef émérite du Canada pour ses commentaires sur les débuts de l’Enquête sur la population active canadienne. Ils remercient également les nombreux collègues de la SSC qui ont contribué au succès de l’EPA au fil des ans. Veuillez noter qu’une version de cet article a été publiée dans la publication interne de Statistique Canada @STATCAN.

Edward J. Chen et Eric Rancourt

 

L’enquête sur la population active canadienne (EPA) est une enquête vedette essentielle à la mission de Statistique Canada qui a été lancée en novembre 1945. De longues décennies durant, elle a constitué un exemple de l’excellence et du leadership du programme canadien d’enquêtes sur les ménages. L’EPA fournit aujourd’hui encore des estimations à jour de la situation du marché du travail au Canada, avec la même qualité et la même pertinence qu’il y a plus de 70 ans.

À ses débuts, l’EPA était un sondage trimestriel conçu pour répondre, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, au besoin urgent d’estimations fiables de la situation du marché du travail au passage d’une économie de guerre à une économie de paix. En 1952, pour répondre à la demande de données plus à jour encore, l’enquête est devenue mensuelle et en 1960 l’EPA a été désignée la source officielle de la situation d’emploi et de chômage du Canada. L’EPA a préparé le terrain des sondages probabilistes de Statistique Canada et inspiré la longue tradition de méthodes et principes statistiques solides qui caractérise l’ensemble des sondages de l’organisme.

Les informations que fournit l’EPA sur le marché du travail figurent parmi les mesures les plus à jour et importantes du rendement global de l’économie canadienne. Les estimations officielles mensuelles publiées aujourd’hui incluent les taux de chômage et d’emploi au niveau national, provincial et sous-provincial. L’EPA joue un rôle central dans le système statistique national : c’est la plus grande enquête mensuelle sur les ménages menée par Statistique Canada; sa base et ses systèmes d’échantillonnage et de traitement sous-tendent une large gamme d’autres enquêtes sur les ménages.

 

Excellence de la méthodologie d’enquête

Au cours de ses plus de 70 ans d’existence, de nombreuses innovations ont été apportées à l’EPA, notamment en matière de la méthodologie, du contenu du questionnaire, des méthodes de collecte, des techniques de traitement et des systèmes informatiques. Les méthodologistes de l’EPA œuvrent continuellement à améliorer chaque étape du processus de conception de l’enquête et notamment la stratification, la sélection des échantillons, la collecte et le traitement des données, l’édition et l’imputation, l’estimation de la pondération et le calcul de la variance. Au fil des ans, de nombreuses innovations ont été instaurées avec succès, dont certaines sont devenues des pratiques acceptées au niveau international.

Lors de son lancement, l’EPA représentait une évolution majeure de la production de statistiques officielles au Canada. Sous la direction de Nathan Keyfitz, il s’agissait de la première application intégrale et approfondie d’une enquête par échantillonnage. Des bureaux régionaux ont été ouverts pour employer un personnel local chargé de réaliser l’enquête. Cela a permis d’accélérer la production et de proposer des estimations beaucoup plus à jour. Depuis ce temps, au travers de nombreuses révisions, l’EPA demeure le véhicule de choix pour l’application de méthodes solides et novatrices.

 


Nathan Keyfitz a travaillé au Bureau fédéral de la statistique de 1936 à 1959.

Remaniement profond des échantillons

L’EPA a été régulièrement améliorée d’un point de vue méthodologique, les échantillons étant remaniés à l’issue de chaque recensement décennal. Les résultats des recensements sont utilisés pour créer de nouveaux plans de sondage et de nouveaux échantillons sont introduits trois ou quatre ans plus tard, après d’importants travaux de recherche et des consultations auprès des intervenants.

L’objectif principal de la refonte de 1955 de l’échantillon de l’EPA était d’étendre la couverture d’enquête à des régions plus éloignées et rurales des provinces. Pour le remaniement de 1964, les méthodologistes dirigés par Ivan Fellegi ont travaillé à une plus grande stratification et une distribution plus uniforme de l’échantillon. Ces efforts ont largement amélioré la fiabilité des estimations et permis, pour la première fois, de publier des estimations distinctes pour chaque province.


Dr. Ivan P. Fellegi, statisticien en chef émérite du Canada.

La refonte de 1975 de l’EPA, dirigée par Richard Platek, a conduit à une augmentation substantielle de la répartition de la taille de l’échantillon — de quelque 35 000 ménages dans les années 1960 et 1970 à 55 000 ménages. Cette augmentation a permis de publier des estimations officielles plus détaillées au niveau national et provincial et de multiplier le nombre d’estimations sous-provinciales fiables.

M.P. Singh a mené le remaniement de 1984, qui visait à une meilleure rentabilité. Parmi les innovations dans la conception, l’élimination de l’une des trois phases d’échantillonnage dans les régions rurales, des procédures plus rigoureuses statistiquement pour la stratification et la délimitation des unités d’échantillons, l’introduction de la méthode de pondération intégrée et l’utilisation de populations de référence externes pour produire des estimations plus fiables au niveau sous‑provincial, et une plus grande utilisation du téléphone pour les entretiens de suivi. Ce remaniement a également conduit à un ajout important à l’administration de la taille d’échantillon du programme d’assurance-emploi.

En 1995 M.P. Singh et Jack Gambino ont dirigé une autre refonte de l’EPA, introduisant pour la première fois des strates de revenu et des enquêtes spéciales, afin de mieux cibler leurs échantillons. Le nouveau plan inclut moins de regroupement et plus d’échantillonnage dans les régions urbaines. L’élimination du modèle des noms de lieux dans les régions éloignées et l’élimination du modèle des régions spéciales, plus généralement, ont permis de simplifier encore davantage l’EPA. Une nouvelle façon de compenser les non-réponses de foyer a été introduite, sachant que la non-réponse a tendance à varier en fonction du nombre de mois depuis lesquels le foyer participe à l’enquête.

Lors du remaniement de 2005, les méthodologistes dirigés par Jack Gambino et Edward Chen (s’inspirants de travaux de terrain d’Eric Rancourt) ont introduit un plan plus économique. Au nombre des innovations figuraient l’utilisation du Registre d’adresses pour réduire les listes de terrain, le contact téléphonique pour les primo-répondants, la réduction des échantillons dans les régions où la collecte est couteuse et l’introduction d’une cartographie informatique pour toutes les régions du Canada. Des échantillons supplémentaires financés par les provinces en Colombie-Britannique et en Alberta (puis au Manitoba) furent introduits pour répondre aux besoins spéciaux de ces provinces.

La conception actuelle de l’EPA, lancée en janvier 2015, a été simplifiée encore davantage. Nous avons introduit un plan à une seule phase d’échantillonnage pour l’Île-du-Prince-Édouard et éliminé les plans à trois phases partout ailleurs. D’autres mesures ont été prises pour identifier les régions éloignées et difficiles d’accès qui peuvent être exclues de la base de sondage avec un impact minimal sur les estimations. Les listes de terrain sont désormais coordonnées avec le programme de liste du recensement afin de réduire encore les coûts. Par ailleurs, les applications de listes utilisées par les enquêteurs de l’EPA et du recensement ont été unifiées en une seule application.

L’adoption d’une méthode d’échantillonnage unique pour toutes les régions a permis une simplification importante de la méthodologie d’échantillonnage, ce qui a permis à la Division responsable de la géographie de maintenir les limites des groupements directement et en permanence, à mesure que les réseaux de rues sont mis à jour. Une application Web a été mise à la disposition des bureaux régionaux pour réduire le besoin de cartes papier et une méthode introduite pour réserver et sélectionner des groupements indépendants pour les enquêtes qui utilisent la base de l’EPA.

 

Grandes évolutions

Outre l’introduction régulière de nouveaux plans d’échantillonnage, de nombreuses améliorations ont été apportées à l’EPA ces 30 dernières années sur la base de la recherche et du développement. Ainsi, on a vu l’introduction de la pondération intégrée et de l’estimation de la variance par la méthode du jackknife à la fin des années 1980, de l’estimation composite fin des années 1990 et de la méthode « bootstrap » pour le calcul de la variance à partir de janvier 2015.

Le programme de premier contact par téléphone a réduit le nombre de visites personnelles aux ménages et une option de réponse en ligne, via un questionnaire électronique, a été mise en œuvre après des études approfondies. L’utilisation des nouveaux produits et services de la base de sondage pour les enquêtes auprès des ménages du Registre d’adresses, avec sa liste d’adresses standardisée, a amélioré l’efficacité de la liste initiale si couteuse, tandis que le programme d’estimation sur petits domaines a fourni aux utilisateurs des estimations de petites régions fiables.

Au début des années 1990, la couverture de l’EPA a été étendue aux territoires du Nord, en consultation avec les représentants territoriaux. L’EPA était en usage au moment de la création du Nunavut et elle a permis de produire les tout premières statistiques du territoire. La mise à jour du plan territorial en 2011 a permis une meilleure stratification et une réduction de la sous-couverture dans les territoires du Nord.

 

La technique de dessaisonalisation a été introduite à la série de données au début des années 1970 pour répondre aux besoins changeants des utilisateurs. En effet, les systèmes informatiques ont évolué au fil du temps au rythme des technologies; des méthodes d’échantillonnage manuelles au traitement par ordinateurs centraux, puis par applications UNIX, les systèmes requis pour traiter et publier les résultats de l’EPA ont bien évolué.


Les auteurs, Edward J. Chen t Eric Rancourt. Tous deux ont été, à différentes dates, méthodologistes en chef pour les Méthodes de l’Enquête sur les forces de travail. Eric est aujourd’hui le Directeur général de la Direction de la méthodologie chez Statistique Canada et Edward est un chef de la Division des méthodes d’intégration statistique.)

Ainsi, les enquêteurs sont passés de méthodes manuelles à l’utilisation d’applications informatiques comme les Entretiens individuels assistés par ordinateur et les Entrevues téléphoniques assistées par ordinateur, avec plusieurs grandes itérations d’améliorations matérielles et logicielles. En particulier, l’introduction d’Entrevues assistées par ordinateur dès novembre 1993 a constitué une innovation essentielle pour la collecte de données.

 

Excellence dans tous les autres domaines

Au fil des années, les experts ont introduit dans l’EPA bien d’autres innovations et améliorations, dont deux grandes refontes du questionnaire en 1976 et 1997, qui ont permis d’améliorer la qualité des données et de garantir la collecte et la publication d’une information pertinente sur le marché du travail. Les systèmes informatiques ont été sans cesse repensés pour exploiter les systèmes centralisés et la diffusion des résultats de l’EPA s’est considérablement améliorée au fil du temps pour répondre aux demandes des utilisateurs.

Les séries historiques des statistiques de l’EPA sont recalculées tous les cinq ans (après chaque recensement) lors d’un processus appelé « refondation », pour mieux aligner les résultats sur les frontières géopolitiques les plus récentes. Les classifications industrielles et professionnelles ont également évolué avec le temps et l’EPA a suivi, pour répondre aux demandes changeantes des utilisateurs.

 

Enquêtes spéciales et supplémentaires

Au fil des ans, l’infrastructure de l’EPA a constitué un point de départ pratique et économique pour de nombreuses autres enquêtes auprès des ménages. Parmi les grandes enquêtes qui utilisent aujourd’hui la base de l’EPA, notons l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes et l’Enquête sur les dépenses des ménages. Ensemble, ces enquêtes utilisent chaque année une plus grande portion de l’échantillon de la base que l’EPA elle-même. En outre, l’infrastructure et les entretiens de l’EPA permettent d’effectuer des enquêtes supplémentaires ou options rapides / évaluation des catastrophes, l’information pouvant être collectée rapidement en fonction des caractéristiques du ménage.

 

Une tradition d’excellence

Le succès continu de l’EPA est le résultat des efforts de nombreux contributeurs, dont les analystes, méthodologistes, spécialistes en informatique, géographes et spécialistes de la collecte de données qui travaillent chez Statistique Canada. Sans aucun doute, la longue histoire de l’EPA doit également son succès aux bureaux régionaux, aux enquêteurs, aux utilisateurs de données, aux chercheurs universitaires et au public canadien pour leurs apports et leur participation.

Au fil des années, Statistique Canada a été sacrée meilleur organisme statistique au monde et l’EPA a toujours su innover. Elle peut se vanter d’une bonne tradition de l’excellence, de l’innovation et de l’économie, tout en sachant répondre aux demandes changeantes et aux besoins en données. Aujourd’hui, l’EPA continue à bâtir sur sa réputation et à évoluer au rythme des efforts de modernisation de Statistique Canada vers des services mieux adaptés aux clients, une meilleure intégration des données grâce à des méthodes et approches modernes, et une collaboration renforcée pour mieux informer les Canadiennes et Canadiens.

Jeudi, 31 janvier, 2019

Liaison Newsletter: