Ian B. MacNeill, 1931-2019

MacNeill

C’est avec un profond regret que je dois informer la communauté statistique du décès d’Ian MacNeill. Il s’est éteint paisiblement le 16 janvier à l’hôpital Victoria de London, entouré de ses proches.

Ian était originaire de Regina. Il a obtenu un baccalauréat en mathématiques de l’Université de la Saskatchewan en 1962. Ayant décidé de poursuivre une carrière universitaire, il a décroché une maitrise en mathématiques de l’Université Queens en 1964, puis un doctorat en statistique de Stanford en 1969. Recruté d’abord au Département de mathématiques de l’Université de Toronto à titre de professeur adjoint, il a déménagé en 1971 à l’Université de Western Ontario, où il a été nommé professeur agrégé au Département de mathématiques appliquées.

En 1977, il a fondé STATLAB, laboratoire de services de consultation statistique qu’il a dirigé jusqu’en 1992. Pendant ces années, STATLAB a réalisé plus de 600 projets de conseil. Il a également organisé le congrès annuel de la Société statistique du Canada à London en 1978. Cette même année, il a été promu au rang de professeur. Directeur de l’unité de statistique et de science actuarielle de 1977 à 1980, il a mené avec succès le projet de création du Département de sciences statistiques et actuarielles, dont il a été le directeur de 1980 à 1992. Au cours de cette période, le nombre d’étudiants inscrits en programmes de spécialisation a quintuplé. Au milieu des années quatre-vingt, Ian a organisé une Festschrift en l’honneur de V. M. Joshi et coédité avec Gary Umphrey la série de six volumes qui en est issue, Advances in the Statistical Sciences, série publiée en 1987 par Reidel of Holland dans le cadre de la Series in the Philosophy of Science de l’Université de Western Ontario.

 

Jaquette du deuxième des six volumes de la série Advances in the Statistical Sciences.

 

En 1985, il est devenu président de l’association des professeurs de l’université, après y avoir siégé à divers titres. Durant son mandat, Ian a obtenu des fonds substantiels pour l’équipement informatique du département. En 1988, il a fondé le Laboratoire de micro-informatique statistique et actuarielle.

En 1995, il s’est vu décerner la médaille d’honneur du groupe de statistique et de l’environnement de la American Statistical Association. Ce prix lui a été présenté en reconnaissance de ses « contributions exceptionnelles au développement de méthodes, questions, concepts et applications de la statistique environnementale ». Il a également été salué pour ses recherches sur les méthodes de suivi et de surveillance et pour ses contributions à titre de vice-président fondateur de la Société internationale d’environnemétrie (SIE) et de co-organisateur des congrès internationaux sur l’environnemétrie. 

 

Hello

I.B. MacNeill, J.S. Hunter et A. El-Shaarawi lors du premier congrès de la SIE au Caire, en 1989.

 

Ian a officiellement pris sa retraite en 1997 et à cette occasion, le volume 10 de Environmetrics lui fut consacré comme numéro spécial. À titre de professeur émérite, il a su maintenir ses liens avec la communauté statistique en continuant ses propres recherches et en offrant des conseils à ses anciens collègues et étudiants. Il convient de noter que son programme de recherche a été financé par le CRSNG jusqu’en 2013.

Alors que l’UWO organisait le 34e congrès annuel de la Société statistique du Canada et qu’Ian allait fêter ses 75 ans, il était tout à fait opportun qu’il se voie nommé membre honorifique de la SSC. La citation indiquait : « À Ian B. MacNeill pour ses contributions scientifiques fondamentales, de ses travaux pionniers sur le problème du point de rupture et le concept des processus résiduels pour les modèles de régression à ses méthodes novatrices pour surveiller et prévoir l’incidence des maladies chroniques, et pour avoir su promouvoir l’avancement des sciences statistiques au sein de son Université, au Canada et au-delà. »

 

 

Ian se voit nommer membre honorifique de la SSC par le président de l’époque, David Binder, le 30 mai 2006. Photographie : Peter Macdonald
 

Il s’était précédemment vu élire fellow de la American Statistical Association (1985) et de l’Institut de statistique mathématique (1993). Au cours de sa fructueuse carrière, Ian a tenu de nombreux postes de consultant, publié plus de cent articles de recherche et présenté plus de 150 communications savantes à des congrès et universités dans une vingtaine de pays. Par ailleurs, il a supervisé ou co-supervisé huit étudiants au doctorat, dont l’une, May Tang, a été la co-récipiendaire du Prix Pierre-Robillard pour la meilleure thèse de doctorat défendue dans une université canadienne en 1990. Au fil des années, Ian a apporté des contributions substantielles à de nombreux domaines de la statistique théorique et appliquée, dont l’analyse et la prévision des séries chronologiques, les problèmes de point de rupture et de frontière, la théorie des limites pour les séquences de sommes partielles itérées, la modélisation et la prévision des taux de morbidité et de mortalité des maladies chroniques, ainsi que les méthodes de surveillance pour la détection précoce des flambées d’infections.

Une célébration fut organisée au département en 2011 en l’honneur de son 80e anniversaire. À cette occasion, on lui remit une horloge de bureau gravée et un historique détaillé des trente premières années du département. C’est en 2103 que j’ai assisté à un congrès international pour la dernière fois avec Ian, au congrès de la Société internationale d’environnemétrie à Anchorage. Nous nous sommes remémorés d’autres congrès de la SIE, notamment ceux du Caire et de Tremezzo.

 

Avec Ian lors du congrès 2013 de la SIE à Anchorage, Alaska.

 

Lors de son 85e anniversaire, Ian a reçu une plaque de la SIE avec l’inscription suivante : « Pour une vie de contributions remarquables à la recherche, à l’enseignement, au service et au développement de la théorie statistique et de ses applications. » Une séance spéciale a été organisée en son honneur dans le cadre du 44e congrès annuel de la SSC.

 

Congrès annuel 2016 de la SSC (de gauche à droite) : G. Umphrey, K. Jandhyala, S. Esterby, I. MacNeill, E. Naumova, S. Provost, A. Ali.

 

Plus récemment, j’ai eu l’occasion de déjeuner avec les deux principaux mentors de ma vie universitaire : Ian B. MacNeill dont les sages conseils et le soutien indéfectible ont largement contribué à façonner le début de ma carrière, et mon superviseur de thèse doctorale, le professeur émérite A. M. Mathai, dont l’habile orientation et les précieux conseils ont à maintes reprises rehaussé mon programme de recherche. J’ajouterai qu’Ian était ravi de voir s’épanouir son département comme unité indépendante au sein de l’École des sciences mathématiques et statistique de Western.

 

Déjeuner avec Ian et Mathai à Windermere Manor.

 

Ceux d’entre nous qui avons eu l’immense privilège de connaitre Ian se souviendront de lui comme d’un homme chaleureux, d’un enseignant dévoué, d’un éminent chercheur et d’un superbe administrateur. Nous adressons nos plus sincères condoléances à Patricia, son épouse depuis 66 ans, ainsi qu’à ses nombreux amis et proches, dont trois générations de ses descendants.

 

Serge B. Provost

Université Western

 

 

Mardi, 29 janvier, 2019

Liaison Newsletter: