University of Waterloo reçoit une subvention de 3,7 millions de dollars

U Waterloo logo

Le laboratoire d’inférence de connaissances en analyse d’images médicales de la University of Waterloo (Laboratory for Knowledge Inference in Medical Image Analysis, ou Kimia Lab) a récemment annoncé que son projet d’IA pour la pathologie numérique a décroché une subvention du programme d’excellence en recherche du Fonds pour la recherche en Ontario (ER-RFO). Le projet vise à mettre au point un moteur de recherche intelligent pour la pathologie numérique, capable d’extraire des cas pertinents dans de grandes archives, de sous-titrer les images automatiquement et de faciliter la formation d’un consensus.

« La pathologie numérique a ouvert de nouveaux horizons en diagnostic médical », explique le professeur Hamid Tizhoosh, directeur du Kimia Lab et chercheur principal du projet. « En parallèle, nous observons ces dernières années l’émergence de technologies d’intelligence artificielle qui pourraient s’appliquer à la découverte et à l’exploitation de la sagesse collective sur les données d’images volumineuses. » Le projet, intitulé « Computational Peer Review through Identification and Captioning of Gigapixel Digital Pathology Scans » est entièrement tourné vers l’utilisation, la mise au point et la conception d’algorithmes d’IA pour l’imagerie plein champ.

Le gouvernement de l’Ontario financera le projet de cinq ans par une subvention à hauteur de 3,2 millions de dollars. Huron Digital Pathology, partenaire industriel du Kimia Lab, contribuera 500 000 dollars au projet. Cette entreprise est le seul fabricant canadien de scanneurs numériques pour la pathologie. Quatre professeurs de la University of Waterloo (Mark Crowley, Ali Ghodsi, Oleg Mikhailovich et Hamid Tizhoosh) ainsi que le groupe d’apprentissage machine de la University of Guelph dirigé par les professeurs Graham Taylor (Vector Institute) et Shahryar Rahnamayan (UOIT), collaboreront avec trois hôpitaux à la création et mise à l’essai d’un moteur de recherche avancé pour les grandes archives de pathologie. L’hôpital Grand River (Kitchener, ON), le centre de santé régional Southlake (Newmarket, ON) et le centre médical de l’Université de Pittsburgh (PA, USA) fourniront les données et valideront les résultats du projet.

« C’est là une occasion passionnante et historique de contribuer à l’amélioration du système de santé dans un domaine aussi sensible et pertinent que celui de la pathologie », ajoute Tizhoosh, « notamment à une époque où la recherche en intelligence artificielle commence à produire des résultats pratiques. »

Le laboratoire d’inférence de connaissances en analyse d’images médicales (Kimia Lab), membre de l’institut Waterloo Artificial Intelligence Institute, effectue des recherches à la fine pointe des données d’images de masse tirées d’archives médicales, avec des systèmes d’apprentissage machine dont le but ultime est d’extraire des informations permettant non seulement des diagnostics et traitements plus rapides et précis pour de nombreuses maladies, mais aussi une nouvelle assurance qualité grâce à l’exploitation de données probantes existantes.

Source : Daily Bulletin

 

Vendredi, 21 septembre, 2018

Liaison Newsletter: