Richard J. Cook, Médaillé d'or de la SSC 2017

SSC 2017 Gold Medal Award Winner
Médaillé d'or de la SSC
2017

Le récipiendaire de la médaille d’or 2017 de la Société statistique du Canada est le professeur Richard Cook. La médaille d’or est octroyée à une personne qui a contribué de façon remarquable à la statistique ou à la théorie des probabilités grâce à des développements mathématiques ou à des applications. Elle vise à honorer les chefs de file actuels d’un domaine.

 

Richard Cook est professeur et Chaire de recherche du Canada de niveau 1 au Département de statistique et de science actuarielle à la University of Waterloo. Il a un poste conjoint avec  l’École de santé publique et de systèmes de santé à Waterloo et le titre de professeur associé à la Faculté des sciences de la santé à McMaster. 

Richard est né à Toronto en 1965 et a grandi à Dundas, Ontario. Il obtient son baccalauréat en statistique de McMaster en 1988 et une ­­MMath, puis un doctorat de Waterloo en 1989 et 1993. Pendant ses études de premier cycle et un an avant d’entamer son doctorat, Richard travaille comme assistant, puis associé de recherche au Département d’épidémiologie clinique et de biostatistique de McMaster, s’intéressant dès lors aux problèmes statistiques en médecine et en santé publique. 

Il rédige sa thèse doctorale à Waterloo, intitulée « Group Sequential Analysis of Multivariate Responses », sous la direction de Vern Farewell. Après son doctorat, Richard rejoint le Département de statistique et de science actuarielle de Waterloo, où il travaille depuis, sauf séjours à Oxford et à l’Université de Hong Kong à titre de professeur invité.

Richard est l’un des leaders mondiaux de la biostatistique. Ses contributions à la théorie et aux méthodes statistiques en analyse de la survie et des données événementielles sont très originales et fréquemment citées. Ces travaux portent sur l’analyse des données de processus pathologiques incomplètes parce que tronquées, censurées d’une manière ou d’une autre ou observées par intermittence. Son ouvrage de 2007, The Statistical Analysis of Recurrent Events, corédigé avec Jerry Lawless, est aujourd’hui la référence standard en la matière. Il a également contribué de manière exceptionnelle à de nombreux autres domaines. Ses recherches sur la conception et l’analyse efficientes d’essais cliniques ont permis de créer des méthodes pour la surveillance séquentielle de résultats multiples, l’étude des effets de sélection et l’analyse coût-bénéfice. Il a mis au point des méthodes d’analyse de données longitudinales qui répondent aux problèmes des données incomplètes en cas de lacunes dans le suivi des patients et de temps d’observation manqués. Ici, tout comme dans ses travaux en analyse des données événementielles et modèles multi-états, il propose des solutions aux problèmes difficiles qui surviennent lorsque les systèmes d’observation ne sont pas indépendants des processus observés. Ces découvertes importantes sont généralement motivées par des études scientifiques en cours, mais elles s’appliquent plus largement à l’analyse de données de registres et de bases de données administratives. 

Richard est aussi un contributeur important et prolifique en médecine et santé publique, notamment dans les domaines de la recherche en cancer, maladie cardiovasculaire, rhumatologie et médecine transfusionnelle. Ses collaborations avec des chercheurs dans ces domaines ont renforcé le travail et les résultats scientifiques de leurs équipes. Elles motivent aussi ses recherches en méthodologie, qui abordent des problèmes soulevés dans le cadre de ces études en collaboration. En effet, ses recherches statistiques se distinguent par le fait qu’il n’esquive pas lesproblèmes liés à la complexité des processus étudiés et à la difficulté qu’il y a de mesurer tous les facteurs pertinents. 

Richard est aussi un remarquable enseignant, mentor et superviseur. Il a supervisé plus de 20 étudiants au doctorat depuis 1997, dont quatre ont remporté le Prix Pierre-Robillard de la Société statistique du Canada pour la meilleure thèse. Il a organisé de nombreuses initiatives de formation pour les étudiants diplômés via ses collaborations et ses contacts avec les chercheurs médicaux; comme exemple récent, citons l’Initiative de formation en biostatistique avec l’Institut ontarien de recherche sur le cancer. Il est également un contributeur hors pair à la profession, notamment par le biais de ses activités au sein d’organisations comme la SSC, dont il a présidé le Groupe de biostatistique et le comité de la recherche; à titre de rédacteur adjoint de nombreuses revues; à titre d’organisateur d’ateliers; et à titre de membre de comité d’examen de demandes de subvention. Il est très apprécié au sein des comités consultatifs et comme évaluateur de groupes de biostatistique; il a agi en cette qualité au sein des National Institutes of Health américains et d’autres organisations.

Les contributions de Richard ont déjà été reconnues à de nombreuses reprises. Il détient une chaire de recherche du Canada de niveau 1 à Waterloo depuis 2005, s’est vu décerner le prix CRM-SSC en 2007 et élire Fellow de l’American Statistical Association. En novembre 2016, il a prononcé la prestigieuse conférence Armitage à Cambridge, prix commandité par l’Unité de biostatistique du Medical Research Council (UK).

 

La dédicace du prix est la suivante: 

« À Richard John Cook, en reconnaissance de ses contributions exceptionnelles à la théorie et à la méthodologie statistiques, notamment dans les domaines de l’analyse de la chronologie des événements, de l’analyse des données longitudinales et de la conception et de l’analyse des essais cliniques ; pour ses réalisations exceptionnelles en recherche médicale en collaboration ; pour son travail remarquable à titre d’enseignant et de mentor ; et pour son leadership en biostatistique au Canada et à l’étranger. »


Merci à Jerry Lawless, qui a été principalement responsable de la production de ce contenu.