John Koval, Prix pour services insignes 2016

John Koval
Prix pour services insignes
2016

Le professeur John Koval est le récipiendaire du prix pour services insignes 2016 de la Société statistique du Canada (SSC). Ce prix honore un individu qui a joué un rôle substantiel pour promouvoir la croissance et le succès de la communauté canadienne des sciences statistiques, par son leadership au sein de la SSC.

 

John est titulaire d’un BMath en statistique obtenu de Waterloo en 1969. Il a ensuite poursuivi une maîtrise en statistique à Waterloo avant de partir pour l’Angleterre grâce à une bourse du Commonwealth. Il a décroché un MPhil en statistique d’Imperial College (qui faisait alors partie de l’Université de Londres) avant de refuser un poste de biostatisticien à l’hôpital Guy de Londres en 1976 afin de rentrer au Canada où il a entamé sa carrière comme chargé de cours au Département de mathématiques de la University of Western Ontario. En 1979, il a rejoint le tout nouveau Département de sciences statistiques et actuarielles avant de décider que pour avancer sa carrière universitaire, il serait bon d’obtenir un doctorat. C’est ce qu’il fit en 1985 au Département de sciences statistiques et actuarielles de Western, retournant ensuite à Waterloo grâce à une bourse postdoctorale du CRSNG. Il est par la suite revenu à Western en 1987, cette fois-ci au Département d’épidémiologie et de biostatistique, où il est resté jusqu’à son départ à la retraite en 2014.

 

John aime enseigner et il s’est vu décerner des prix d’enseignement de son département et de l’université elle-même. Pour la plupart de ses cours, il a rédigé ses propres notes de cours : Statistics for Computer Scientists, The Wonders of Biostatistics, etc. ; malheureusement, il n’a jamais trouvé de maison d’édition pour les publier.


Sur la base de l’expertise informatique qu’il avait acquise à Waterloo et en Angleterre, John avait été recruté par le Département de sciences statistiques et actuarielles pour développer le volet informatique de leur programme d’études supérieures. Il a ainsi aidé à organiser un cours en consultation statistique, calcul et analyse de données en 1980, puis à créer un service de consultation statistique et un laboratoire de calcul statistique, tous deux financés par des bourses du CRSNG. Cet intérêt pour le conseil et le calcul l’ont suivi au Département d’épidémiologie et de biostatistique, où il a aidé à établir un service de consultation et un laboratoire de calcul grâce à un financement de base du CRSNG. Le laboratoire de calcul gradué, qui vient d’être nommé en son honneur, est l’un des rares établissements de calcul départementaux qui existe dans une école de médecine au Canada.


John a été financé par le CRSNG pendant 25 ans pour étudier l’analyse des résultats binaires, à la fois au niveau bidimensionnel (kappa) et multivariable (création de modèles en régression logistique). En 1992, il s’est intéressé à une étude à long terme des facteurs psychosociaux contribuant à l’initiation au tabac chez les adolescents et jeunes adultes. Il est devenu chercheur principal d’un projet financé par Santé et Bien-être social Canada pendant 12 ans, puis par l’Institut national du cancer du Canada (INCC). Il a par conséquent siégé à de nombreux groupes d’évaluation de subventions de l’INCC. Il a aussi participé à titre de co-enquêteur à plusieurs autres projets de recherche en santé, dont des pratiques de contrôle de l’infection (notamment dans le domaine du VIH/SIDA) par des praticiens cliniques, des études sur l’activité physique chez les ainés, etc.


John a occupé plusieurs rôles au sein de la SSC depuis 1990, où il a siégé au comité sur le conseil statistique, comité qu’il a par la suite présidé. Cela lui a permis de partager les connaissances qu’il avait acquises à organiser les services de consultation à Western. En 2000 il a été élu trésorier du groupe de biostatistique, poste qu’il a occupé pendant sept ans. Sa principale réalisation a été la création du programme de remboursement des frais de déplacement pour les étudiants, programme financé au départ par le groupe de biostatistique. C’est John qui gérait ces bourses et qui, lors des congrès annuels, tâchait de participer à toutes les présentations des étudiants ainsi financés. Il a ensuite aidé à la transition de ces bourses vers la SSC elle-même, qui finance aujourd’hui ces bourses avec l’appui de la plupart des groupes.


En 2009, John a été élu trésorier de la SSC, poste qu’il a occupé pendant cinq ans. Parmi ses réalisations, notons le transfert des tâches comptables de la Société des mains du trésorier à celles de personnel rémunéré, à la fois au bureau de la Société mathématique du Canada et au bureau de la SSC elle-même, ce qui a permis au trésorier de participer davantage aux activités de planification de l’exécutif de la SSC. Ces années-là, la Société a prospéré financièrement. John a également créé un compte d’investissement pour permettre à la Société de bien investir ses fonds et de gagner de l’argent pour appuyer les activités qu’elle venait d’initier. Ces fonds incluent un fonds de développement établi de longue date et un fonds de réserve répondant aux exigences de l’Agence du revenu du Canada (ARC) ; ce fonds de réserve a été récemment approuvée par le Conseil d’administration de la SSC. Bien que John ait toujours voulu budgéter et gérer avec prudence, il était bien conscient du fait que la SSC était en très bonne situation financière et voulait exploiter ce potentiel. Il a notamment toujours rappelé au comité exécutif, au Conseil d’administration et aux présidents des comités que nous avions les fonds nécessaires pour lancer de nouvelles initiatives ou en développer d’autres préexistantes, sous réserve d’une planification solide. Ainsi, c’est pendant son mandat que des fonds ont été employés à la création de l’INCASS (L’Institut canadien des sciences statistiques) et au transfert de Recensement à l’école Canada de Statistique Canada à la SSC.

 

La SSC a connu une croissance importante pendant le mandat de trésorier de John, ce qui a eu un certain impact sur son poste. Deux nouveaux groupes ont vu le jour, si bien que le trésorier de la SSC doit aujourd’hui interagir avec six trésoriers de groupes et assumer l’ultime responsabilité de leurs finances. Lancé en 2013, le congrès étudiant est géré chaque année par une nouvelle équipe d’étudiants qui ont besoin de conseils. Enfin, avec le recrutement d’une adjointe exécutive, la SSC est désormais un employeur, ce qui ajoute une autre couche de responsabilités aux tâches du trésorier.


John travaille encore pour la SSC à titre de membre du Conseil d’administration et de son comité des finances où il participe à la gestion des finances de la Société. Il a également contribué à l’examen des clauses de prorogation, des nouveaux statuts et du règlement proposé de la SSC.

La dédicace du prix est la suivante: 

''À John Koval en reconnaissance de son service exemplaire à titre de trésorier de la SSC et du groupe de biostatistique pendant plus d’une décennie; de ses efforts visant à s’assurer que la SSC dispose de réserves financières suffisantes tout en investissant judicieusement dans de nouvelles activités; et de son attention constante pour susciter la participation active des étudiants dans les activités de la SSC, notamment par l’entremise du programme de remboursement de frais de déplacement pour les étudiants."